Mots-clés

, , , , , ,

Une Saint-Valentin tardive au Canvas Resto-Bar sur l’avenue Holland, vendredi le 17 février, s’est soldée par un estomac trop plein, mais satisfait.

Une réservation faite à la dernière minute nous a permis de nous glisser à une table près de la fenêtre, sous promesse de laisser la place à d’autres à 20h. Le personnel est très accueillant, le service prompt et courtois. Un vestiaire à l’entrée nous permet de laisser nos manteaux ailleurs que sur le dossier de notre chaise. L’ambiance est feutrée mais pas trop, une chanson de Johnny Cash nous accompagne pendant qu’on se fait expliquer le menu. Les tables voisines sont déjà occupées de couples et de groupes dans la jeune cinquantaine, habillés chic. Les murs sont ornés de quelques oeuvres trop dispendieuses d’artistes au talent discutable. Les tables en bois foncé, les serviettes de table rouges et les coupes Riedel laissent présager la bonne chère. Le décor est établi !

Mon partenaire, féru de la série Mad Men, commande un « Old Fashioned », tandis que j’opte pour le rosé extra sec de la Loire. Le cocktail arrive dans le verre approprié, mais sans la traditionnelle cuillère, un faux pas que le goût insipide et dilué du mélange ne parvient pas à effacer.

Nous partageons une planche de trois fromages, un brie bien crémeux et dégoulinant, le toujours excellent Douanier et le cheddar Cru du Clocher. Servis avec des crostinis, une compote, des raisins, des amandes et, touche originale: un  rayon de miel. Seule déception: ces fromages sont tous disponibles à l’épicerie. Le Canvas aurait tout intérêt à dénicher des fromages un peu plus difficiles à trouver, d’autant plus qu’en connaissant leur prix réel, le 5 $ l’once demandé semble exhorbitant.

Mon partenaire choisit ensuite la truite arc-en-ciel avec une purée de panais à l’ail accompagnée d’haricots verts, d’oignons et de pommes de terre. Le filet mignon sur des patates écrasées, des asperges à la vapeur et une sauce au chipotle est déposé devant moi. Le poisson est délicieux, mais la purée, beaucoup trop aillée, se fera sentir dans notre appartement jusqu’au lendemain matin ! Le boeuf est cuit à la perfection (saignant-médium-saignant), les asperges aussi, la sauce épicée sans être brûlante, et l’assiette est assez copieuse pour que je sois incapable de terminer les pommes de terre. Le tout accompagné d’un sancerre pour lui, et d’un chianti pour moi.

Malgré les quelques écarts mentionnés, le repas fut satisfaisant, sans être renversant d’originalité. Pour ces raisons, la facture (150 $ avec pourboire) m’a semblée un peu chère. J’y retournerai sans doute pour le brunch dominical, puisqu’on m’en a dit le plus grand bien.

Canvas Resto-Bar

65 Holland Avenue
(613)729-1991

Canvas Resto-Bar on Urbanspoon