Mots-clés

, , , , , , , ,

Parfois, il fait bon de rester à la maison et de laisser venir à soi les petits restaurants. Pas besoin de se maquiller, se poupouner et sortir dans le froid quand la malbouffe est à deux clics de souris. Chez Gargamelle, on est abonnés à la pizza de Calabria. Histoire de faire changement, nous avons opté la fin de semaine dernière pour des mets chinois. Même si les restaurants offrant ce genre de bouffe à la livraison se font rares à Ottawa, nous avons tout de même reconnu un nom familier parmi ceux qui s’offraient à nous : le Shangai Restaurant, situé dans mon ancien quartier. Il n’en fallait pas tant pour nous mettre l’eau à la bouche. Quelle erreur !

Le menu semblait pourtant appétissant. J’ai commandé une soupe won-ton, surnommée affectueusement la « soupe aux kleenex » dans ma famille, tandis que mon partenaire a opté pour des rouleaux impériaux végétariens. Nous avons ensuite partagé un riz frit aux légumes et un Kung Pao au tofu et aux légumes. Le tout pour 30 $, avec une livraison en 45 minutes.

La soupe était d’une taille respectable, avec trois immenses won-tons surnageant dans un assez bon bouillon. Je m’amusais ferme lorsque j’ai failli me casser les dents sur quelque chose, camouflé dans un des ‘kleenex’. J’hésite encore entre du cartilage ou des os. Ouach !

Le riz goûtait l’huile, du genre de celle qu’on s’apprête à changer dans une friteuse commerciale. Ça goûte un peu rance et ça sent la fumée. Peu appétissant. Le Kung Pao était encore pire. La sauce ne goûtait ni sucré, ni salé. Elle était à peine piquante, contrairement à ce que nous promettait le petit piment dessiné dans le menu. Le tofu était un tortillon informe et spongieux caché sous des légumes congelés que je chassais avec ferveur dans mon assiette.

Un repas très décevant, pour rester polie. Quand la meilleure partie du repas est le petit biscuit chinois emballé dans son triste cellophane, ça veut tout dire.

Shanghai Restaurant 上海酒樓 on Urbanspoon

About these ads