Mots-clés

, , , , , , ,

Quoi de mieux pour commencer l’année que de contrarier toutes les bonnes résolutions ? Et pourquoi pas ? Je mange bien, je fais de l’exercice trois fois par semaine, je ne fume pas… J’ai bien le droit de manger une poutine au moins deux fois par année ! Cette fois-ci, j’ai été essayer la poutine d’un restaurant exclusivement dédié au mets québécois traditionnel. La chaîne Smoke’s répand la bonne parole de la divine poutine dans plusieurs villes du Canada, de Vancouver à Edmonton, de Halifax à St. John’s. De la grande gastronomie.

Smoke's PoutinerieÀ Ottawa, Smoke’s est situé sur la rue Dalhousie, dans le Marché By. Le minuscule restaurant est toujours bondé, peu importe l’heure de la journée. On y joue de vieux ‘classiques’ des années ’80 et ’90 pas toujours très bons. Jon Bon Jovi, Aerosmith, Scorpions. Est-ce ironique ? Il faut dire que manger une poutine en écoutant Bed of Roses est l’équivalent de sauter dans une machine à remonter le temps pour ramener les gens de ma génération à leurs années ingrates d’école secondaire. De quoi donner des frissons dans le dos. Les poubelles débordent souvent, les comptoirs et les tables sont sales. Mais bon, ce n’est que de la poutine, après tout.

Le menu propose toutes sortes de poutines : poutine italienne avec de la sauce à spaghetti, galvaude (poulet et petits pois), poutine au bacon, poutine au curry de poulet, poutine végé aux légumes, poutine aux nachos, poutine au smoked meat avec le cornichon et de la moutarde, poutine au chili et poutine au porc effiloché au chipotle… La poutinerie offre deux formats, la petite poutine et la grosse. J’ai opté pour une petite poutine. Une normale, une traditionnelle. Si je mangeais de la poutine toutes les semaines, peut-être que je m’en offrirais une différente de temps en temps, mais il est hors de question que je gaspille ma poutine semi-annuelle en l’enterrant sous du poulet au beurre.

Petite poutine au Smoke's

Les frites sont bonnes. La sauce, de toute évidence faite maison, est légèrement parfumée au thym. Les crottes de fromage sont froides, ce qui est impardonnable. Il faut toujours servir une poutine avec du fromage température pièce, un facteur essentiel pour favoriser le scouic-scouic. Vous savez ce que je veux dire. Qui plus est, les dites crottes de fromage sont pour le moins éparses : tout au plus dix bouchées avec du fromage. En fait il s’agit davantage d’une frite-sauce avec un peu de fromage en extra. Pas très satisfaisant. Peut-être que je suis une snob de la poutine, une élitiste gâtée par le Ashton, Poutineville et la Banquise…

Mais c’est tout de même mieux que la première poutine que j’ai mangée à Ottawa en 2009. Au moins, celle du Smoke’s n’utilise pas de fromage râpé à pizza.

Smoke’s Poutinerie
407, rue Dalhousie
Ottawa
613 789-2873
Smoke's Poutinerie on Urbanspoon

About these ads